1 jour à la fois
Par auteur: Patrick GauthierRetour

     « Le chef-d'æuvre de Dieu, c'est le cas d'une mère. »      
     S. GRÉTRY     

C'est le premier sourire que nous voyons, c'est la chaleur du Soleil sans l'éblouissement, c'est un amour qui ne vieillit pas, c'est notre première école, ce sont des veilles et des sacrifices que l'on ne compte pas. C'est l'Éden de l'enfance, c'est le regard toujours heureux de nos réussites. N'est-ce pas là simplement une mère? Avons-nous fait quoi que ce soit pour mériter ces bienfaits? Ils nous ont été donnés dès les premiers instants, gratuitement. Quel que soit l'état de la relation, une lettre, une carte, un coup de fil, une fleur, une pensée, une prière. Avoir un geste de reconnaissance pour celle qui fut, pour nous, la 1re source de vie. En tout honneur et en toute dignité, faire preuve de gratitude c'est honorer la vie pour le don qui nous a été fait. 

J'ai, dans mon cœur, une place pour celle qui est ou qui fut ma mère. C' est ma première conscience de la vie. J'accomplis un geste de reconnaissance pour ce partage qu'elle a accepté.

Suite

     « Si nous ne luttons pas, nous sommes égaux, mais si nous luttons, l'un de nous sera vaincu. »      
     PROVERBE MALGACHE     

Lorsque nous exprimons comment nous nous sentons dans une situation, par exemple si nous trouvons que notre travail n'est pas reconnu à sa juste valeur, et que l'autre en néglige les fruits, il arrive souvent que cet autre se sente attaqué. Fuyant son émotion, il cherche alors à se défendre. Il peut en résulter que nous nous sentions attaqué, incompris. Il est important pour nous d'accueillir notre émotion et de ne pas nous couper de ce que nous vivons. C'est parce que nous réussissons à accueillir cette émotion et à l'assumer que nous trouvons la route vers la satisfaction. Nous devenons capable de préciser que notre but n'est pas d'attaquer ni d'accuser, mais d'être compris. La vérité de notre vécu personnel ne peut être niée, mais elle n'implique pas nécessairement une remise en question de l'autre. Par le partage mutuel de ce que nous vivons dans les situations quotidiennes de notre vie, la connaissance commune de la réalité objective s'accroît. Nous ouvrons alors la relation à la véritable communication et à la solution authentique. 

Je demeure responsable de mes émotions même dans les situations les plus difficiles. Je reçois l'expression du vécu de l'autre non comme une accusation, mais comme une information qui me permet plus de justesse dans ma relation, et plus de bonheur dans ma vie.

Suite

     « Dans le doute, il faut choisir d'être fidèle. »      
     FRANÇOIS MAURIAC     

Avez-vous gardé le souvenir d'un ami? Avec certaines personnes, nous développons des liens privilégiés. Nous sommes peut-être reconnaissant des fiers services qu'elles nous ont rendus dans des moments difficiles. Les amis sont faits pour cela. Mais s'il arrive qu'une situation se retourne, et que l'un d'eux se fie à nous, comment pourrait-il être question de lui faire faux bond? Un arbre se serait penché expressément pour nous faire de l'ombre un jour de fièvre, le couperions-nous pour faire du bois de chauffage le lendemain? Il ne saurait en être question. La loyauté, l'honneur, la gratitude, la reconnaissance, la fidélité fondent ce qui nous permet de nous définir comme ami et d'en mériter un. Manquer à l'une de ces obligations ne laisserait qu'un peu de cendre de ce lien et de cette qualité d'amitié qui nous habite. Au fond, l'important n'est peut-être pas tant l'ami que l'on pourrait perdre, mais la valeur d'amitié que nous ne serions pas. Tenter l'expérience de l'amitié, c'est faire l'expérience de soi à travers la vie d'un autre ; la richesse de l'apprentissage n'est certes pas négligeable. 

J'ai la noblesse de savoir témoigner de la gratitude dans toutes les occasions. Je connais la valeur de l'amitié, de la mienne comme de celle des autres.

Suite