1 jour à la fois
27avr.

118 – GARDER LE CONTACT AVEC SES ÉMOTIONS

Patrick Gauthier |27 00 | Réflexions quotidiennes | Retour|
0 ( 0 reviews)
|

     « Lorsque notre peur rencontre la douleur d'autrui, elle devient pitié ; lorsque c'est notre amour qui rencontre cette douleur, elle devient compassion. »      
     S. LEVINE     

Quand nous éprouvons de la pitié, c'est souvent une barrière à une action. Notre apitoiement nous justifie de penser qu'il n'y a plus rien à faire. A d'autres moments, pour nous couper de notre pitié, nous partons en croisade pour changer à notre manière l'état pitoyable de l'autre et sa situation. Ainsi, dans la prise en charge de nos responsabilités, nous abandonnons notre contact intérieur avec nos émotions et nous nous « supériorisons » en pensant que nous sommes capable de mieux gérer la vie d'un autre que cet autre lui-même. Le degré de pitié que nous éprouvons pour lui reflète le complexe de supériorité qui nous éloigne de notre vérité. Quand nous accueillons l'autre avec amour, nous savons lui accorder l'écoute dont il a besoin pour qu'il comprenne lui-même sa situation. Nous prenons intérêt à sa situation sans chercher à abandonner notre contact avec notre cœur et nos émotions. Nous conservons toute notre paix et toutes nos énergies. Et s'il s'avère que nous représentons, pour l'autre, une forme de solution, qu'il veuille nous demander une aide supplémentaire, et que nous soyons en mesure de la lui accorder sans dommage pour nous, nous faisons le choix de nous engager activement dans la réalisation de son succès, de sa solution. Mais cela demeure notre choix, nous ne sommes plus le jouet de notre peur, de nos émotions. 

Avoir de la compassion, c'est me relier à l'autre par mon écoute attentive à son besoin véritable, non à ce que je voudrais qu'il soit. Je garde le contact avec mon émotion et j'accueille l'autre avec la paix profonde de mon âme. Je deviens libre de mes choix.

Sur l'auteur

Reliés

105 – SE RESSOURCER

     « Il y en a qui ont le cœur si vaste qu'ils sont toujours en voyage. »           JACQUES BREL     Toujours et partout, le sage est, sans plus. C'est le monde qui vi...

Suite >

98 – LA TOUTE-PUISSANCE DU BONHEUR

     « Son guerrier de treize ans n'a pas encore d'arme, il n'attend qu'une trêve [...] se prépare à aimer et [...] cela s'improvise mal [...] Ce n'est pas sur le dos de son fils qu'il faut employer sa force. Quoi de plus...

Suite >

53 – ACCUEILLIR SES ÉMOTIONS

     « Ce ne sont pas les années qui pèsent le plus, mais tout ce qui n'a pas été dit, tout ce que j'ai tu et dissimulé. Je ne savais pas qu'une mémoire remplie de silence et de regards arrêtés pouvait ...

Suite >

52 – LE TEMPS DE VOIR LA VIE

     « Le calme fait naître le bonheur. La voie du silence est celle de la vie qui mûrit. »           ÉMILE DURKHEIM     Dans le geste le plus insignifiant, nous tr...

Suite >

Publier un commentaire