1 jour à la fois

     « Sachez apprécier les talents de chacun, et vous serez capable d'apprécier vos propres limites. »      
     S. PECK     

Dans le travail, le loisir, les activités sociales ou même les activités bénévoles, nous sommes sans cesse en contact avec d'autres êtres humains, différents de nous, et qui sont souvent talentueux là où nous ne le sommes pas. Parfois, parce que leurs forces nous font remettre en question notre valeur, leur seule présence nous excède si nous manquons d'amour de nous-même. Il arrive alors que nous fuyions la peur de nos limites et notre douleur de manquer d'amour par des comportements négatifs. Nous commençons à les envier, à les jalouser ou même à les dénigrer. Cela ne fait que miner lentement, mais sûrement, nos énergies et notre confiance en nous-même. Plutôt que de fuir ainsi, nous avons avantage à rester en contact avec ce que nous sommes. Prenant conscience de l'origine de nos craintes, nous reprenons le contrôle de notre vie. Nous sommes capables de les faire disparaître en nous apportant la sécurité et en nous accordant l'amour dont nous avons besoin. En renforçant le contact avec nous-même, nous devenons ainsi en mesure de reconnaître les qualités d'autrui. Nous pouvons le choisir pour modèle et cultiver pour nous-même ses qualités qui nous faisaient envie. La collaboration devient possible et profitable pour chacun. Nos relations deviendront plus profitables, faciles et agréables. 

À partir d'aujourd'hui, je chasse de mon existence l'envie et la jalousie. Je bâtis ma propre confiance en moi, ce qui me permet d'accorder ma confiance aux autres.

Suite

     « Quand sonne l'heure du dernier rendez-vous, la seule richesse que l'on emporte avec soi, c'est tout ce que l'on a donné! »      
     AUTEUR INCONNU     

Une personne qui nous est chère peut nous quitter un jour. Quand, pour la dernière fois, avons-nous pris le temps de lui téléphoner, de lui écrire, d'aller la voir? La vie nous occupe tantôt ici, tantôt là, chacun s'affaire. Pourquoi ces mille préoccupations si nous ne nous donnons plus le temps d'être avec ceux que nous aimons? Quand une personne nous est chère, il importe de savoir ce que l'on voudrait partager avec elle. En quoi cette personne est-elle impor tante dans notre vie? Quel amour avons-nous pour elle? Quel besoin avons-nous d'elle? Le lui avons-nous dit? C'est bien là l'essentiel de la vie. Notre amour pour nous-même et pour nos proches donne sens à notre vie. Et l'expression de l'amour dans nos relations nous apporte le bonheur et la paix de l'âme. 

Je suis habité par le souvenir d'une personne que j'aime. Je me laisse habiter par l'amour que j'ai pour elle. Je touche cet amour et le communique.

Suite

     « Descendez en vous-mêmes, et vous reconnaîtrez la pauvreté de votre demeure. »      
     PROVERBE PERSE     

Moment de déprime. Une situation désagréable. Mais oublions un instant les événements particuliers à la situation. Faisons attention aux relations en jeu. Dans les circonstances, quel type de rapports entretenons-nous avec les autres personnes impliquées (des rapports d'affection, d'autorité, de désir, de dépendance, etc.)? Souvent, nos relations comportent plus d'un de ces aspects. Maintenant, demandons-nous lequel de nos parents, peut-être, a le plus assumé cette combinaison de rapports. Quels besoins aurait-il fallu qu'il comble alors? Ce manque, cette blessure originelle, on ne peut légitimement attendre de quiconque qu'il le comble ; c'est un gouffre sans fond. Nous seuls pouvons en prendre la responsabilité. Parfois, lorsque nous ne demeurons pas attentif à nos blessures originelles, certains événements de la vie, somme toute assez heureux, peuvent passer inaperçus. Nous ne les vivons pas, car nous demeurons prisonnier de nos besoins non satisfaits. Mais par l'habitude du recueillement quotidien, nous découvrons l'origine de nos malaises, nous récupérons nos responsabilités présentes dans ces manques et devenons habile à les combler. C'est là nous donner l'amour dont nous avons besoin. 

J'observe et assume les émotions qui m'habitent. Je demeure attentif à mes manques originels et me découvre le pouvoir de les combler, pour une vie meilleure.

Suite