1 jour à la fois
Par tags: CourageRetour

     « Si le feu couve en toi, il finira par jaillir. »      
     O. MANDINO     

Il faut parfois prendre des décisions qui nous paraissent d'une importance vitale. Étudier ceci ou cela? Est-ce que ce sera plaisant? S'ensuivra-t-il des occasions intéressantes? Évidemment, la réflexion est un fruit qui mérite qu'on lui accorde le temps de mûrir au bout d'une de nos branches. Toutefois, l'expérience montre que, souvent, ce qui importe le plus, c'est la manière, c'est l'intensité. Qu'importe ceci ou cela, ici ou là-bas, l'important est de l'accomplir tout de suite et pleinement. De faire notre maximum avec les moyens du bord. Engager totalement notre âme dans notre projet, notre rêve. Nous y consacrer entièrement. Le porter aussi loin qu'on le peut. Dans les moments de doute, regarder le chemin parcouru pour raviver le courage de porter le rêve encore un peu plus loin. Et si malgré tout, tout devient noir, plonger nos racines jusqu'au plus profond de la terre pour cueillir en notre cœur de magma une vérité encore en fusion, une braise de vie ardente, puis l'élever pour faire la lumière devant nous, tracer notre propre voie. L'élever encore pour guider ceux qui cherche un chemin vers la liberté intérieure. La brandir si haut qu'elle devienne un phare. La serrer si fort qu'elle se transforme en un diamant répandant la plus haute lumière. 

Je n'hésite plus. Je décide et j'agis. Mon action est l'occasion de ma croissance. Je m'encourage en regardant le chemin parcouru et je me dépasse.

Suite

     « Le but n'est pas toujours placé pour être atteint, mais pour servir de point de mire. »      
     J. JOUBERT     

La paix intérieure, la sérénité, la connaissance et l'amour de soi que nous cultivons par le recueillement nous permet d'accueillir chaque journée avec joie et confiance. Mais il peut arriver que la tâche à accomplir nous décourage et nous abatte. Accordons-nous le plaisir et la satisfaction d'achever une partie de notre projet en un jour. Fixons-nous un objectif réaliste pour notre journée, que cela marque une étape et faisons quelque chose de particulier pour souligner notre succès. Nous pouvons bien nous féliciter pour tant d'efforts assidus. Nous sommes en droit de goûter le plaisir qui régénère. Rien ne revitalise davantage que le sentiment de réussir et de compléter ce que l'on entreprend. En constatant le chemin que nous avons parcouru, reconnaissons les efforts que nous avons déployés, ils sont l'étoile qui pourra nous guider dans l'avenir, l'étincelle dans notre cœur qui nous permettra toujours de faire du feu les jours de grisaille. 

Je morcelle mes objectifs en étapes. Je me fixe un but possible à atteindre aujourd'hui et reconnais la valeur des efforts qui ont été nécessaires pour parcourir tout ce chemin. Marquer une étape rend ce jour important, il me régénère.

Suite

     « L'aigle vole seul ; ce sont les corbeaux et les étourneaux qui vont en groupes. »      
     J. WEBSTER     

C'est une histoire connue, mais que l'on prend toujours plaisir à réécouter. Un fermier avait trouvé un aiglon abandonné. L'hiver approchait et pour ne pas qu'il meure, le fermier l'emmena dans sa ferme où il le mit avec les poules, les poussins et les coqs. Le temps passa, le fermier s'attacha à l'oiseau. Il venait le voir : l'aigle avait appris tant bien que mal à picorer pour trouver sa pitance, convaincu qu'il était lui-même un animal de basse-cour. Un jour, le fermier remarqua que l'aigle était devenu adulte. Il l'amena dans son champ et le libéra. Mais l'aigle restait au sol, qu'il continuait à gratter. Alors le fermier le reprit dans ses bras et le porta tout en haut d'une montagne. Là, le tenant bien haut dans l'azur, il lui dit : « T'es pas une poule, t'es un aigle, vole. » Et il le lança doucement. L'aigle, étonné, se laissa atterrir non loin. Le fermier le reprit ; il était très attaché à l'oiseau, aussi il cria pour maîtriser son sanglot : « T'es un aigle, VOLE! » Un peu effrayé par le cri de l'homme, l'oiseau ouvrit les ailes et, comme une petite croix noire, monta vers le ciel. Aujourd'hui, il garde un souvenir de cet hiver passé au chaud et s'il ne mange pas de poule ou de poussin, il ne mange pas avec eux non plus. 

Chaque leçon de la vie est une occasion pour moi de prendre mon envol. Je ne me demande pas de réussir ce pour quoi je ne suis peut-être pas fait, je ne m'accroche pas au passé. J'occupe une place où personne ne peut être plus heureux que moi.

Suite