1 jour à la fois
Par tags: AcceptationRetour

     « Savoir ce qu'on a reçu du ciel, et ce qu'on doit y ajouter de soi, voilà l'apogée. »      
     TCHOUANG TSEU     

Pour bien des gens, le mot humilité indispose. Cela ne nous dérange pas quand nous en comprenons le vrai sens. Il ne s'agit aucunement de cesser de nous reconnaître pour nos qualités. Ce n'est jamais donner aux autres l'occasion de nous écraser non plus ; c'est en fait constater les faits, reconnaître avec justesse nos qualités. Ne pas nous surestimer, donc nous aimer pour ce que nous sommes véritablement et non pour ce que nous ne sommes pas. C'est le profond amour de soi. Lorsque nous avons l'humilité juste et sincère, non seulement nous savons accepter nos erreurs, mais, de plus, nous ne perdons pas le contrôle de ce que nous sommes lorsque nous réussissons et avons du succès. Nous sommes libres de ce que pensent les autres et nous profitons pleinement des plaisirs de la vie. Nous apprécions le bonheur avec équilibre et savons conserver des relations authentiques et harmonieuses. 

Je suis humble sans être soumis. L'humilité me permet de me reconnaître pleinement et avec une réelle satisfaction. Par mon humilité, j'accède à la véritable authenticité, à la liberté et à l'équilibre.

Suite

     « L'homme est fait non pas pour traîner des chaînes, mais pour ouvrir des ailes. »      
     Victor Hugo     

Nous entendons souvent parler de dépendance affective. Bien sûr, il est normal d'avoir de l'affection et de l'attachement pour une personne qui nous est proche. Il ne s'agit plus de cela quand nous avons besoin de son regard approbateur pour fonctionner. Nous ne pouvons exiger de tous qu'ils soient toujours d'accord avec nos décisions. Mais notre engagement à l’authenticité, notre choix courageux de nous regarder et de nous accepter tel que nous sommes nous confère la force de l’amour vrai, 1 force libératrice. Conscients tant de nos forces que de nos faiblesses, nous savons notre jugement sûr, il faut nous y fier. Attentif à notre intuition, nous devinons rapidement nos limites avant de trop les dépasser. Nous allons par les chemins de la vie avec une confiance fondée sur la vérité et le courage que procure l’amour, accomplissant à chacun de nos pas, le plus grandiose des destins que la vie invente, d’instant en instant, pour nous.

J'ai confiance en la vie. J’accepte entièrement tout ce que je suis. Je me fie à mon jugement et à mes intuitions. Par la vérité, l’amour et la volonté, j’accomplis le plus grandiose de mes destins.

Suite

     « Prendre les responsabilités des autres est un très bon moyen d'éviter d'assumer les nôtres. »      
     PATRICK GAUTHIER     

Que quelqu'un nous fasse part de ses besoins ou manifeste avec véhémence son insatisfaction en nous en attribuant le tort, une des plus grandes difficultés est de ne pas assumer la responsabilité de l'autre : il est et demeure responsable de son bonheur. Pour éviter le malheur et traverser la difficulté, nous devons toutefois reconnaître et accepter les émotions que provoque en nous la situation. Dans nos relations, nous pouvons nous sentir concerné par le besoin de l'autre. Mais nous avons aussi nos limites, nos propres besoins. Aimer, c'est croire assez en l'autre pour le laisser libre de se réaliser lui-même, c'est participer à la satisfaction de ses besoins sans se couper de soi et de l'émotion que provoque en nous sa situation. De là toute l'importance de bien observer ce que nous vivons lorsqu'il s'exprime et, éventuellement, de lui faire partager les fruits de nos observations. Ainsi, ne fuyant pas nos émotions, mais les accueillant, nous restons en contact avec notre intériorité et nous maintenons la relation authentique. Dans l'amour, nous accompagnons l'autre en lui marquant la confiance que nous avons en lui. Nous le reconnaissons dans ses capacités à trouver les meilleures solutions pour sa vie, ce qui le propulse vers un plus grand accomplissement et augmente sa capacité d'intervenir à son tour, avec un amour authentique, dans notre vie. 

J'aime mais mon amour n'est pas une prison. Je laisse l'autre libre. J'accepte que l'autre soit tel qu'il est. J'accepte que sa situation me bouleverse sans perdre de vue qui je suis. Il grandit par la confiance que je lui accorde. Je ne joue pas au sauveur, je grandis en gardant le contact avec ma vérité intérieure.

Suite