1 jour à la fois
Par mois: 2021-5Retour

     « La voie de la lumière apparaît ténébreuse. »      
     LAO TSEU     

Nous vivons dans une société hiérarchisée. Il peut arriver que, dans nos rapports avec les gens qui nous entourent, qu'il s'agisse d'un patron ou d'une personne que nous estimons beaucoup, nous nous sentions inférieur. Ce n'est pas le lien hiérarchique qui est en cause quand nous nous infériorisons ainsi à nos propres yeux. Cet abandon, ce mépris de nous-même est la mesure de la distance que nous avons à parcourir pour être authentique. Ce mépris de nous étouffe la véritable beauté qui nous habite. Il faut voir comment intervient ce mépris ; nous reconnaissons l'autre à tel point que nous ne nous reconnaissons plus nous-même. À quoi cela tient-il? En chacun de nous, l'éclat de la beauté est un guide dont le mépris ne fait que nous détourner pour nous mener où nous ne voulons pas être et là où nous ne sommes plus. Mais en ouvrant la porte à l'amour inconditionnel, nous nous donnons la chance d'exister vraiment et d'être reconnu à notre juste valeur. Ce faisant, nous devenons aussi plus apte à reconnaître réellement autrui dans toute son humanité, à l'accepter vraiment. Ainsi, nous nous posons dans la relation comme participant à part entière et la rendons plus enrichissante pour chacun. 

Je suis attentif à ce qui m'amène à m'abandonner. Plutôt que de me mépriser, je fais de la place à mes émotions. Ainsi, j'apprends à me connaître tout en retrouvant la capacité de me poser de façon authentique dans mes relations.

Suite

     « Le plus bel héritage que j'aie reçu [...] c'est de se retrousser les manches. Tu veux quelque chose dans la vie, t'as un rêve, bien, il faut travailler fort. »      
     CÉLINE DION     

Tous les gestes de notre vie, même les plus petits, même les plus insignifiants, pavent la route qui nous permet de nous accomplir. Tous nous rapprochent du moment de réaliser notre vérité intérieure. Aucun qui ne nous enrichit. Il n'est pas d'arbre sans une terre composite. Et s'il faut un noyau, il faut aussi que, par la pluie, par le gel, par la chaleur, et même par une attente qui n'en finit plus, il fende et qu'une tige toute timide en sorte. Rien n'est inutile, tout est nécessaire. Dans nos vies, nous avons des responsabilités, des engagements qui parfois nous semblent nous éloigner de notre véritable objectif. Mais lorsque nous leur sommes totalement présent, toutes nos actions, toutes nos expériences sont l'occasion de mieux nous connaître, de mieux découvrir la vérité que nous devons poursuivre. 

Tout est nécessaire à ma vie. Je suis présent à tout ce que je fais, tout a une importance égale. À n'importe quel moment peut surgir l'occasion d'apprendre quelque chose de nouveau et d'utile pour ma vie. Et encore plus quand il me semble que tout a été vu car, alors, le sujet qui se révèle, c'est moi.

Suite

     « La joie est le côté pile de la souffrance. »      
     D. C. OHIO     

Nos souffrances sont multiples et diverses. Maladie, chômage, solitude, insécurité financière, affective. Nous pensons que nos voisins, nos amis ou même nos ennemis souffrent moins que nous. Pourtant, la souffrance rejoint chacun : riche et pauvre, beau et laid. Les pressions de la vie sont comme les grands vents dans les forêts. Les arbres qui expriment les plus belles formes sont aussi ceux qui ont subi les pressions de la nature et qui ont su s'y adapter. Les souffrances les ont émondés avec art, selon une organisation qui dépasse l'entendement, et les ont rendus plus forts et plus beaux. Il n'en tient qu'à nous d'accueillir les événements de la vie comme de semblables enseignements et de trouver chaque jour la forme de croissance que la vie exige de nous. 

Dans la solitude de ce jour naissant, j'entre en moi-même pour retrouver ma joie d'enfant, de cet enfant qui a toujours vécu au fond de moi. Je touche ainsi à la joie pure, à une joie sage qu'on appelle parfois la sérénité.

Suite