1 jour à la fois
Par mois: 2021-3Retour

     « L'art existe pour que nous ne mourions pas de la vérité. »      
     NIETZSCHE     

Notre réalité quotidienne est faite de responsabilités et de bonheur. Lorsque nos yeux et notre cœur rencontrent un beau tableau, lorsque nous prenons quelques minutes pour nous laisser habiter par une douce mélodie ou quand nous nous accordons des moments de lecture, nous ouvrons une fenêtre sur un monde d'une dimension nouvelle, apaisante, édifiante. La beauté de toute œuvre d'art nous parle, nous réjouit et nous relie. Nous trouvons réconfort aussi dans les objets plus humbles. La contemplation de la nature, d'un coucher de soleil, d'un petit animal sur une branche, d'un oiseau nourrissant ses petits nous redonne le sentiment de faire partie d'un vaste plan de vie et d'amour. Dès lors, les responsabilités ennuyantes reprennent une place plus proportionnée à la réalité du monde. Quelques instants, nous goûtons le bonheur de notre vie, qui est, du reste, bien plus important que nos soucis. 

J'ouvre les yeux sur ce qui est bon et beau. Ma vie fait partie d'un vaste ensemble dont je ne cherche pas à me couper. En gardant ce contact, je conserve l'équilibre.

Suite

     « Celui qui fuit devant la peur tombe dans la fosse. »      
     JÉRÉMIE     

Il arrive que nous craignions d'accepter une situation. Nous avons l'impression qu'accepter, c'est abandonner, se sou mettre. N'acceptant pas la réalité du fait, pour nous couper de l'émotion que cette réalité entraîne néanmoins, nous nous lançons à tort et à travers dans des actions qui n'agissent pas sur la cause du problème. En refusant d'accepter les faits, nous perdons justement notre pouvoir d'agir sur eux. C'est alors que nous sommes soumis aux circonstances. Prenant notre peur comme guide, nous manquons du courage véritable et c'est cela qui crée l'abandon. Quand nous acceptons une réalité, ne serait-ce qu'en raison de notre peur de l'accepter, nous découvrons en nous la force d'agir pour combler nos besoins de sécurité qui réduisent notre capacité d'acceptation. Nous devenons véritablement libre, car nous perdons la peur. Nous devenons capable d'agir pour grandir dans notre bonheur et notre humanité. Alors la puissance de la vérité rayonne à travers nous et façonne le monde à notre image, à l'image de notre bonheur. 

J'accueille mes peurs qui m'empêchent d'accepter les situations. Ce n'est pas lâcheté mais sagesse. Je construis mon bonheur.

Suite

     « Laissez les enfants être heureux à leur façon, comment pourraient-ils l'être autrement. »      
     JOHNSON     

Quand vous entrez en relation avec un enfant, ne vous demandez pas ce que vous devez lui apprendre, demandez-vous plutôt ce qu'il doit vous apprendre. A travers ses yeux, le monde est découvert à nouveau, le bonheur est réinventé, un bonheur sans passé ni avenir, l'Éden, simplement la curiosité du moment présent. L'émerveillement devant la nouveauté du quotidien. Les couleurs des arbres, les tourbillons du vent, la fraîcheur d'un bonjour sincèrement affectueux. Que l'enfant nous accompagne dans nos activités de plein air, pour que nous adoptions son rythme d'une vie tout entière consacrée au moment présent; allons côte à côte par les sentiers de nos vies, marchons à son pas. Suivons-le et redécouvrons le monde en même temps que lui. Recevons en partage la paix naïve qui l'habite encore, nour rissons-nous-en, c'est vers elle que nous voulons tendre chaque jour. 

Je place le monde à découvrir à portée des enfants et je redécouvre le monde à travers leurs yeux. Je m'accorde à leur rythme et reste ouvert à l'enseignement qu'ils me dispensent. Je reçois en partage la paix du cœur et l'extrême conscience du moment présent.

Suite
Page 1 sur 11 PremièrePrécédente [1]