1 jour à la fois
Archive by author: OrroukReturn

     « Les marbres et les grands sont froids, durs et polis. »      
     PROVERBE CHINOIS     

En tout, dans le jeu, les loisirs ou le travail, une grande partie du plaisir provient de ce que notre attention est vraiment captée. La notion du temps qui file inlassablement – source du déplaisir s'il en est une – disparaît. Rien n'est jamais inintéressant si nous sommes vraiment concentré. Cette capacité de concentration est un muscle intellectuel qui, s'il se contracte parfois légèrement devant un nouveau type d'effort, peut néanmoins être exercé et croître. La récompense de notre attention soutenue est alors le plaisir d'atteindre une compréhension plus entière et totale, plus profonde, de la vérité et de l'expérience, si limitée soit-elle. Et notre bonheur dure tant que l'attention demeure centrée, tant que notre emprise sur cette vérité se maintient et grandit. Chaque jour, en profitant des occasions qui nous sont données de ramener notre attention sur notre action présente, nous augmentons la force d'un de nos moyens de rendre la vie intéressante. 

Je demeure concentré et attentif à ce que je fais. Je m'abreuve jusqu'à la dernière goutte de la vérité présente pour moi dans l'expérience qu'il m'est donné de vivre.

Suite

     « Souvent, une phrase suffit à éclairer une vie. »      
     SOLANGE CHAPUT-ROLLAND     

Il peut arriver que nous nous sentions mal à l'aise dans telle ou telle situation. Par exemple, un ami agit de façon contraire à nos intérêts ou à nos besoins quand, pourtant, il nous semble l'avoir mis au courant de notre situation. Ou encore, une relation peut nous sembler confuse et mener nulle part, sans que nous sachions trop pourquoi. Dans l'un comme dans l'autre cas, avant de succomber à la colère ou avant de mettre un terme (tout temporaire qu'on l'envisage) à une relation, il peut être judicieux de faire une démarche pour clarifier la situation ou vérifier la justesse de notre perception. Si nous croyons déranger, nous posons la question à qui de droit. Si nous avons l'impression que l'on cherche à nous nuire, nous vérifions si l'on connaît bien notre situation ou si notre demande a bel et bien été comprise. Le courage d'être soi-même et la connaissance de la vérité sont les premières bases de la satisfaction. En discutant des situations avec la personne appropriée, nous connaissons la vérité. Quelles que soient les réponses que l'on nous donne, nous trouvons le calme. Cela ouvre la porte à la responsabilité et permet que nous nous construisions dans l'amour et, surtout, dans la vérité. 

J'évite d'interpréter les réactions, les comportements des autres. Je vérifie plutôt leurs intentions en m'adressant directement à eux. Cela me donne l'occasion de clarifier mes besoins et le pouvoir de me maintenir dans la paix.

Suite

     « Les grandes eaux ne peuvent éteindre l'amour et les fleuves ne le submergent pas. »      
     LE CANTIQUE DES CANTIQUES     

Avez-vous soif d'absolu? Partout sur terre, il semble aller de soi que cet absolu, quel que soit le nom qu'on lui donne, soit amour. L'amour absolu, c'est-à-dire total, inconditionnel. Cet absolu se trouve en chacun de nous. En fait, vous êtes cet absolu. Réellement, qui, mieux que vous-même, peut témoigner à votre propre égard d'un amour tout à fait inconditionnel? Qui peut vous connaître mieux que vous même et, considérant vos faiblesses comme vos qualités, vous aimer aussi totalement que profondément? Sous ce jour, dans votre propre vie, vous êtes l'absolu divin. La découverte et le développement de cette capacité d'amour inconditionnel sont le fondement essentiel à l'épanouissement de l'être humain. Heureusement, cette force d'amour inconditionnel est toujours proche. Lorsque nous en avons le plus besoin, il n'y a qu'à se tourner vers notre cœur. 

Je suis l'esprit divin dans ma vie. Je suis attentif à mes émotions, et lorsqu'elles sont plus difficiles, je m'accorde l'amour inconditionnel dont j'ai besoin pour vivre.

Suite

     « Ne vous inquiétez point du lendemain, car le lendemain aura soin de lui-même. À chaque jour suffit sa peine. »      
     LA BIBLE     

Quand nous appréhendons l'avenir, il faut prévoir des solutions. Ou au moins en chercher. Avec le plus d'ouverture d'esprit possible, souvent nous en trouvons. Mais il en va de la vie comme de gravir une montagne. Parfois, un certain point de vue offre un magnifique panorama, sans pour autant laisser voir de solution satisfaisante. Nous devons chercher la lumière, mais rien n'indique qu'il faille la trouver du premier coup. S'il n'est pas de solution accessible, continuons notre marche, continuons à gravir la montagne. Tant de choses peuvent arriver en une seule journée et venir tout bouleverser. En nous appliquant à ce que nous avons à faire au moment présent, nous accéderons peu à peu à un autre point de vue qui permettra peut-être de trouver une meilleure conclusion. La vie ne nous réserve jamais de difficultés pour lesquelles elle ne nous a pas préparés. Nous avons en nous, et autour de nous, toutes les ressources qu'il nous faut. Ayons la confiance nécessaire pour terminer la tâche entreprise. C'est la voie qui nous libère et nous ouvre à la prochaine occasion qu'apportera la vie. 

J'observe toutes les solutions possibles, même celles qui me paraissent excentriques, inconvenantes ou désagréables. J'ai toutes les ressources nécessaires en moi. Mais si la solution ne m'apparaît pas clairement, je n'en poursuis pas moins ma route, je fais ce que je dois... Un jour change parfois bien des choses.

Suite

     « Qui dort sur sa victoire la perd! »      
     AUTEUR INCONNU     

L'hésitation ne mène nulle part. Lorsque nous avons évalué une situation, fait l'inventaire des choix qui s'offrent à nous, relativisé l'importance des conséquences, il peut arriver que nous ayons tout de même de la difficulté à prendre une décision. Nous avons parfois l'impression qu'il nous manque encore des informations, ce qui n'est pas nécessairement faux, du reste. Mais voilà, sommes-nous en mesure d'obtenir, par un moyen ou par un autre, les compléments d'information dont nous aurions besoin? Quand ce n'est pas le cas, il faut prendre une décision. Moins de temps il s'écoulera entre la fin de nos analyses et notre décision, moins la situation aura le temps de changer, et plus les conclusions ressembleront à notre projet. Agissons spontanément en nous fiant à notre instinct. Dans bien des circonstances, l'occasion de la réussite ne dure que quelques secondes. Il faut foncer pour en profiter. 

Je fais la part des choses. À bien y penser, je sais ce qui est important et ce qui ne l'est pas. À partir de là, je prends mes décisions spontanément et je les mène à terme sans me laisser perturber par les influences extérieures.

Suite

     « C'est encore accorder quelque chose que de refuser avec grâce. »      
     P. SYRUS     

Il nous est peut-être arrivé de nous sentir coupable à une occasion où à une autre. Le premier traitement, et il est nécessaire, consiste à chercher et à trouver le lieu d'ancrage en soi de cette culpabilité (souvent un vif besoin d'être aimé, un manque d'acceptation de soi, etc.). Trouvant du même coup la peur liée à ce lieu, nous trouvons la force d'aller au devant d'elle (plutôt que de la fuir en un sentiment de culpabilité, dans la prise en charge, la colère, l'abandon de soi, etc.) Nous offrir à nous-même notre amour c'est, en l'occurrence, assumer nos émotions. Ayant choisi la voie responsable, nous devenons en mesure de discerner la réalité, de nous accepter pleinement et de nous affirmer. S'il faut communiquer les fruits de nos réflexions, nous parlons au « je » pour affirmer nos besoins, affirmer notre perception de la réalité et affirmer nos limites. La situation devient claire pour tous, et nous y sommes ajustés. Nous cessons de dériver et d'être le jouet de tous les vents et caprices pour prendre fermement en main la direction de notre vie, en marche vers le bonheur véritable. Nous vivons pleinement l'authenticité. 

Je suis responsable de mes émotions. Pour maintenir mes relations, j'exprime cette responsabilité en parlant à la première personne. Mes relations deviennent encore plus enrichissantes.

Suite

     « La peur est insensée, elle craint même les choses dont elle attend du secours. »      
     QUINTE-CURCE     

Nous faisons le choix de notre vérité, nous nous accordons de l'importance. Quand cela dérange notre entourage au point de susciter des réactions, nous sommes adulte, nous assumons nos émotions, et refusons de prendre en charge les émotions de l'autre dans son refus ou sa difficulté à s'adapter à notre vérité. Nous savons que si nous refusons de prendre l'autre en charge (ce qui est bien), dans l'avenir, il pourra nous rendre la pareille. Mais nous l'acceptons à l'avance car c'est la voie de la confiance en soi. Nous acceptons les peurs que ce choix provoque peut-être en nous : nous savons que nous perdons nos énergies à ne pas nous accorder d'importance, que nous serons beaucoup plus autonome si nous choisissons d'être responsable de nous même plutôt que d'assumer les besoins émotifs de l'autre. Ayons confiance. Nous savons la satisfaction et le pouvoir sur notre vie que procure la responsabilité. Rejetons les doutes et ayons confiance en la force de vie qui nous habite. Ne sacrifions pas le bonheur à la peur. Choisissons la vérité, c'est là que se trouve la liberté. 

Je m'accorde de l'importance et je réalise mon rêve de vie. J'accepte facilement d'être responsable de mes émotions et de ma vie et de ne plus abandonner cette responsabilité. C'est là la voie de l'amour et du bonheur authentique.

Suite

     « Vous ne pouvez choisir votre champ de bataille, les dieux s'en chargent pour vous ; mais vous pouvez planter un drapeau où jamais un drapeau n'a été planté. »      
     N. GRANE     

Quand nous considérons leur histoire, les grands personnages paraissent souvent avoir trouvé le moyen de vivre plus d'une vie en une seule. A croire qu'ils partageaient tous un même secret qui nous resterait inaccessible! Ce serait tout de même étonnant. Plus vraisemblablement, en mettant à profit les petits moments perdus, nous pouvons réaliser les plus grandes choses sans nous en rendre compte. Tantôt, l'un étudiera dans le métro ou l'autobus ; tantôt, l'autre écrira un passage de roman chaque fois qu'il arrivera en avance à un rendez-vous. Il trouve ainsi le temps d'écrire un roman par année. Un autre encore mettra à profit les quelques minutes qu'il passe chaque jour dans les ascenseurs pour faire avancer Dieu sait quel dossier. L'important, c'est d'avoir un dossier de réserve à portée de la main, d'y consacrer chacune de ces petites minutes que l'on éparpille à ne rien faire sans s'en rendre compte. En utilisant chaque minute de notre vie au mieux de nos capacités, nous nous créons des réserves qui permettent de réaliser nos rêves les plus grands. 

Je mets à profit chaque minute de ma vie. Je médite, je fais le point, je respire, j'avance la réalisation d'un projet qui me tient à cœur.

Suite

     « Ce ne sont pas les années qui pèsent le plus, mais tout ce qui n'a pas été dit, tout ce que j'ai tu et dissimulé. Je ne savais pas qu'une mémoire remplie de silence et de regards arrêtés pouvait devenir un sac de sable rendant la marche difficile. »      
     Tahar Ben JelLOUN     

Lorsque nous avons reçu le don de la vie, nous avons reçu le bien le plus précieux, nous avons alors été investi de l'importance la plus grande qui soit. Notre devoir est de continuer à nous reconnaître une importance égale à celle qui nous a été reconnue au départ. Choisir de nous respecter nous-même peut parfois entraîner des réactions assez vives dans notre entourage. Si nous nous sentons menacé, coupable, etc. peut-être serons-nous tentés de remettre en question notre choix et d'agir conformément à ce que l'on attend de nous? Il ne faut pas nous méprendre : ce que nous fuyons alors, ce sont nos propres émotions. Par la pratique de l'introspection et du recueillement quotidien, nous devenons chaque jour plus habiles à voir ces émotions au moment où nous les vivons. Nous savons assumer la responsabilité de notre propre état émotif, plutôt que de prendre en charge les difficultés émotives de l'autre. En nous assumant, nous traversons plus facilement la tempête et devenons capable d'expliquer l'importance de nos choix. Et nous créons finalement un monde propre à l'amour. 

Je suis important à mes yeux. J'assume les émotions qui résultent du fait de me choisir, et je laisse les autres prendre la responsabilités des leurs.

Suite

     « Le calme fait naître le bonheur. La voie du silence est celle de la vie qui mûrit. »      
     ÉMILE DURKHEIM     

Dans le geste le plus insignifiant, nous trouvons notre sens le plus profond. L'action la plus banale nous révèle notre plus originale vérité. Toute l'importance est dans notre présence entière à l'acte. Le recueillement et la méditation quotidienne nous apprennent à vivre la totalité de l'instant présent. Nous ramenons notre attention et notre concentration à ce qui est simple et beau. D'une seule respiration bien vécue, nous rejoignons notre essence la plus pure. Une profonde inspiration d'amour et de vie entre en nous. Sur la mer intérieure de notre esprit, une tempête s'apaise et devient instantanément une nappe d'huile. Les klaxons criards font place au chant d'un seul oiseau et aux clapotis d'une cascade qui lui répondent. Un ouragan ne soulève même plus une plume. Toute blanche, elle glisse lentement vers le sol en tourbillonnant lentement. 

Je respire profondément la vie. Je suis tout entier à mon action, à l'instant présent. Toute autre pensée est exclue de mon esprit. Le calme m'habite. Le calme de l'infini, le calme de l'éternité qui ne connaît pas l'urgence.

Suite