1 jour à la fois
Archive by author: OrroukReturn

     « Aucune souffrance, si intense soit-elle, n'est – ni ne peut être – dépourvue de sens, si elle est dédiée au soulagement de la douleur d'autrui. »      
     S. RINPOCHÉ     

Lorsque nous faisons un sacrifice, il arrive parfois qu'en suite nous le regrettons : il n'est peut-être pas apprécié à sa juste valeur, nous semble-t-il, ou encore il retarde la réalisation d'un de nos plaisirs. Nous retrouvons notre équilibre quand nous faisons vraiment le choix de ce sacrifice. (Ce choix peut même être fait longtemps après le sacrifice.) La satisfaction réside dans le sens que nous donnons nous même à notre geste. L'inconfort des regrets, la douleur d'un ressentiment nous quittent et notre bonheur revient pleinement dans notre vie. Dans la situation où nous étions au moment de faire le sacrifice, notre perspective nous disait-elle que notre action apporterait soulagement et réconfort? C'était alors un geste d'amour véritable. Qu'importe si le résultat n'est pas apparu à la hauteur de notre espérance. Nous étions sur le chemin de la sagesse et de l'amour, de la vérité et de la pureté, nous étions sur la voie. Et nous ne méritons pas de vivre des regrets ou de la haine, mais de l'estime de soi pour la beauté que nous avons exprimée. 

Mes souffrances cessent d'être stériles lorsqu'elles sont offertes pour ceux qui souffrent plus que moi, et surtout pour ceux qui n'ont pas le courage de regarder la profondeur de leur douleur intérieure. C'est un geste de beauté que d'aimer ainsi jusqu'au dépassement de soi.

Suite

     « Seul le rien s'insère dans le sans-faille. À quoi je reconnais l'efficacité du non-faire, la leçon du non-dire. »      
     LAO TSEU     

Vous est-il déjà arrivé de vouloir conseiller une personne qui n'était pas disposée à vous écouter? Il est parfois difficile de laisser vivre à sa guise quelqu'un qui nous est proche lorsque nous croyons qu'il fait fausse route. C'est d'autant plus difficile que la solution nous semble simple. Toutefois, l'écoute est parfois la seule façon de maintenir la relation. Ce devrait être facile à faire. Du reste, que tirerions-nous à imposer notre point de vue, ou même seulement à en démontrer la valeur? La réponse honnête à cette question est peut-être l'enseignement le plus fécond que nous apportera cette relation. Elle nous enseigne notamment pourquoi, en demeurant branché à ce que nous sommes vraiment, en restant attentif à maintenir une relation authentique, en partageant nos propres émotions dans cette relation, nous faisons le plus utile présent qui soit. 

Je suis réservé dans mes conseils et prodigue de mon écoute. Je suis attentif à ce qui me motive à vouloir conseiller, et je reste centré sur ma vérité profonde.

Suite

     « Ce n'est pas la faillite, mais l'objectif trop humble qui constitue un crime. »      
     J. R. LOWELL     

L'arrivée du printemps est marquée par une nuit qui diminue progressivement jusqu'à être égale au jour. C'est aussi le moment d'ajuster le rythme de nos réalisations à nos plans du début de l'année, ou de fixer nos objectifs à la mesure de nos capacités et de la complexité des situations. Pour ce faire, il faut observer quelle était la situation initiale, comment nous avons occupé notre temps au cours des derniers mois, quelles ont été les difficultés rencontrées dans la poursuite de nos objectifs, ce que nous avons appris de l'expérience, et ce que nous pouvons faire maintenant. Tout cela est simple: la route que nous traçons nous mène-t-elle à destination et en combien de temps? Il ne nous suffit souvent que d'ajustements bien mineurs pour obtenir les résultats les meilleurs. 

Je prends le temps de regarder où je veux aller, et vers quoi je me dirige. J'harmonise le rêve que j'ai de moi et la réalité de mes actes. J'ai l'accueil et l'amour qu'il faut à mon égard ; le but de ma vie n'est pas la conformité à mon plan, mais le bonheur.

Suite

     « Si l'on change intérieurement, on ne doit pas continuer à vivre avec les mêmes objets. »      
     ANAÏS NIN     

Le ménage de printemps est une tradition qui remonte peut être à l'origine des temps. C'est presque un rituel. Quand le jour gagne sur la nuit, le monde des idées et des souvenirs se trouve réinvesti dans la réalité. Quand nous faisons de grands travaux de mise en ordre, notre pensée prend le rythme presque méditatif, majestueux d'une grande vague. Faire de l'ordre dans notre environnement, c'est faire de la place pour accueillir ce monde invisible, c'est faire de l'ordre dans nos idées. Lorsque nous prenons le temps de faire cette place, nous permettons à notre projet de vie de se comporter telle une énergie nouvelle dans la réalité. Jaillissant de notre cour, elle devient alors une sève précieuse qui court comme un fleuve ouvrant devant nous un pas sage, emportant les entraves, polissant la voie à suivre d'un léger sable doux, déclenchant l'éclosion des semences qui nous nourriront. 

Je mets de l'ordre dans mes idées. Je fais de la place pour mon projet de vie. Je prépare le plein retour à la vie de ce qui m'habite profondément.

Suite

     « Il y a dans la jalousie plus d'amour-propre que d'amour. »      
     F. DE LA ROCHEFOUCAULD     

Combien se sont interrogés sur la vraie nature de la passion amoureuse? Lorsque nous nous éprenons d'une personne, que nous sommes aveuglé, notre volonté est-elle vraiment d'aimer? Aimer est un verbe d'action : l'occasion de s'oublier en comblant les besoins et, éventuellement, les désirs de l'autre. Généralement, dans la passion et le désir amoureux, nos besoins tiennent le haut du pavé. La passion amoureuse apparaît plutôt comme un très grand désir d'être aimé par l'autre, voire de nous aimer nous-même à travers lui. Nous trouvons une voie vers la lumière et l'authenticité en nous demandant en vertu de quelles qualités nous reconnaissons à l'autre un si grand pouvoir sur notre bonheur. Quelles qualités d'âme cette personne apporte-t-elle, qu'elle provoque un tel désir? Nous révélant ainsi nos attentes à nous-même, nous reprenons le contrôle de notre vie. Il devient plus aisé de savoir dans quelle direction nous nous devons de grandir. Prenant la responsabilité de ce que nous sommes, nous nous affranchissons de nos manques. Nous devenons capable de développer une véritable relation d'authenticité où l'amour n'est plus une chaîne, mais la source de notre plus grand accomplissement personnel. 

Je distingue dans ma vie le désir d'être aimé de la volonté d'aimer. Si la passion m'enflamme, j'observe les qualités de l'intrus qui me paraissent si précieuses et tente de les développer en moi.

Suite

     « Les plus forts et les plus faibles d'entre nous sont souvent, en réalité, des sortes de héros handicapés. »      
     S. PECK     

Les barrières psychologiques et intellectuelles nous font des torts de façon si insidieuse que nous ne les voyons pas toujours. Par exemple, certaines personnes s'étonnent que d'autres réussissent à vivre ou à travailler dans des environnements désordonnés. A juste titre d'ailleurs, puisque, pour évoluer dans de telles conditions, l'individu doit placer une barrière psychologique qui fasse abstraction du désordre. D'autres personnes s'étonnent que certains arrivent à fonctionner malgré de nombreux conflits dans leurs relations. Le principe est le même. Une barrière est ainsi placée, qui leur permet de s'isoler et de refouler. Mais quelle que soit la circonstance, ces barrières consomment une partie de nos énergies vitales. À moyen terme, l'effort qu'il en aura coûté pour les entretenir dépassera largement celui qu'il aurait fallu pour régler le problème. La perte est d'autant plus grande que toute solution apportée dans notre vie est, au contraire des barrières, génératrice d'énergie! En mettant les choses au clair dans nos relations, nous récupérons des énergies supplémentaires. En créant un environnement ordonné, nous récupérons des énergies qui nous permettent de mieux nous construire. Tout devient de plus en plus facile. Nous devenons libre de nos propres entraves. 

Je me méfie de mes talents pour édifier des barrières et m'isoler de moi-même comme de mon environnement. Je prends le temps et trouve le courage de régler les problèmes ; chaque solution réelle que j'apporte dans ma vie contribue à ma croissance.

Suite

     « Connaître autrui n'est que science. Se connaître est intelligence. »      
     LAO TSEU     

Il peut être utile de nous raconter notre histoire, franchement et avec soin, de relever ce qui apparaît un succès autant que ce qui semble avoir été un échec, et d'en déterminer les causes. Cet inventaire permet d'acquérir l'équilibre nécessaire à l'épanouissement personnel. Le discernement, cette faculté de juger de la valeur et de l'importance des actes et des choses, fonctionne un peu à la manière d'une pile électrique. Il faut savoir ce qui constitue le pôle positif, mais ce sera de peu d'utilité sans la connaissance du pôle négatif. Plaçant les piles dans le bon sens, nous pouvons jeter quelque lumière sur les événements de la vie et fonder de bons espoirs sur les résultats de nos décisions. Ou encore, nous trouverons aisé de mettre en marche des projets qui, auparavant, auraient paru impossibles à réaliser. 

Je fais le point dans ma vie. Comprenant mieux la nature de mes forces et les causes de mes insuccès, j'apprends à avoir confiance en mon jugement pour décider de mes actes. Je découvre l'énergie nécessaire à la réalisation de mes rêves.

Suite

     « Briller est vain, brûler est peu ; la perfec tion unit la flamme à l'éclat. »      
     SAINT BERNARD     

La confiance en soi, c'est un regard clair et une main sûre, une voix bien posée et un menton volontaire, des épaules et un dos bien droits. Mais encore plus que cela, la confiance en soi, c'est au milieu de notre cour. La confiance en soi, c'est avoir l'amour de soi nécessaire à la vie, nécessaire pour choisir de ne pas changer en fonction de la personne à laquelle nous nous trouvons confronté. C'est aussi la volonté inéluctable de ne pas s'abandonner ni se fuir quand apeuré par le regard d'autrui. La volonté de ne pas fermer les yeux devant ses propres émotions, mais plutôt de se suivre dans ses peurs pour mieux se comprendre. Il faut une si grande vivacité d'esprit et tellement de présence à soi pour conserver cette confiance si nous sommes sur le point de la perdre, que nos seuls efforts de recueillement, de connaissance et d'acceptation de notre vérité profonde, ne seraient-ils qu'une fois chaque jour, nous assuraient à tout jamais une vie spectaculaire et intéressante. 

Je suis attentif à mes peurs. Je n'agis pas aveuglément pour les fuir et ne pas les vivre ; plutôt, je leur fais de la place. Je sais alors me guider avec confiance vers le bonheur et la réussite.

Suite

     « Je qualifie la méditation de vraie pratique de paix... le désarmement réel et suprême.»      
     S. RINPOCHÉ     

Nous nous sentons peiné et impuissant devant les guerres qui massacrent hommes, femmes et enfants dans des contrées éloignées. Nous nous sentons tout aussi triste et malhabile, dans nos propres familles, lorsque survient un conflit. La méditation dissout et élimine en nous mal et dureté, dévoilant notre bonté fondamentale. Lorsque nous prenons quelques minutes, ou même seulement quelques secondes, plusieurs fois par jour, pour rejoindre en nous cette bonté fondamentale, cette paix toujours accessible, nous créons un réseau de paix autour de nous. Un désarmement réel s'installe dans une partie de l'univers. Par notre action, nous découvrons le pouvoir de briser le cycle de la violence. Par notre simple méditation, nous nous reconnaissons la puissance suprême de créer l'amour partout où nous imposons les mains. 

Chaque fois que j'en ai l'occasion, je me recueille quelques minutes pour redonner vivacité à la paix qui m'anime. Je crée ainsi un commencement de réseau de paix capable de briser les cycles de violence.

Suite

     « La vie est une rose, respire-la et donne-la à ton ami. »      
     PROVERBE AFGHAN     

Le bonheur est un soleil au cœur du sage, et sa vie, un jardin merveilleux à ses pieds. Il respire profondément la vie richement chargée d'oxygène. À chacune de ses respirations, le soleil gonfle, devient plus ardent, dégage plus de chaleur et de lumière. D'une profonde inspiration, il emplit entièrement de vie ses poumons, d'abord le bas, puis le haut. Sous l'effet du soleil, le jardin grandit. Des rouges, des verts, et des jaunes se côtoient. Il souffle lentement tout son air, la lumière jaillit et le soleil gronde en brûlant les peurs, la haine, les mauvais souvenirs. C'est un lever de soleil sur un champ sauvage et même le vent se tait pour écouter croître les fleurs. Une nouvelle fleur est en train d'éclore, d'un rose violacé moucheté de noir et de blanc : un sourire rayonne sur le visage du sage. 

Je respire profondément. Je m'accorde quelques minutes pour renaître à la vie. Je suis totalement présent à cette naissance. J'en respire profondément les fragrances fraîches et pures.

Suite