1 jour à la fois
Archive by month: 2020-8Return

     « La récompense du travail, ce n'est pas ce qu'il permet de gagner, mais ce qu'il permet de devenir. »      
     AUTEUR INCONNU     

La possibilité de nous réaliser dans notre travail est un objectif idéal. En le gardant à l'esprit, nous augmentons chaque jour les chances de le vivre. En étant attentif, nous voyons ce que notre travail peut nous apprendre sur nous, ce qu'il peut nous apprendre de nouveau. En nous impliquant dans ce que nous faisons, nous découvrons les aspects sur lesquels nous pouvons commencer à agir. En nous impliquant auprès des gens que nous côtoyons, nous avons la chance de nous réaliser davantage. Mais ce n'est pas tout. Accomplir notre tâche nous permet de nous construire dans d'autres domaines de notre vie. Nous gagnons en autonomie et nous nous dotons de moyens pour nous réaliser plus pleinement par un choix judicieux de nos loisirs. Enfin, par nos activités quotidiennes, nous contribuons à l'enrichissement de toute la collectivité, nous en tirons un sentiment de satisfaction. 

Je prends quelques instants pour regarder ce que mes activités quotidiennes ont fait de moi, et ce qu'elles me permettront encore à l'avenir. J'apprécie toutes ces qualités, elles sont le fondement de ma force et une partie de ma contribution à la vie collective.

Suite

     « Si le principal est mal réglé, l'accessoire ne peut être bien réglé. »      
     CONFUCIUS     

Il arrive que nous éprouvons des difficultés dans un domaine de notre vie. Qu'il s'agisse d'une difficulté liée au sommeil, à l'alimentation, au ménage, à nouer une nouvelle relation, à terminer une chose, etc., une solution est peut-être de créer notre propre rituel. Prenons, par exemple, le sommeil. Si nous avons de la difficulté à nous endormir, nous pouvons planifier de terminer nos journées toujours par la même série d'activités. Ces activités nous aideront à nous rapprocher de nous-même tout en permettant de régler les choses qui nous préoccupent généralement. En fin de compte, si nous avons bien choisi nos activités, le sommeil viendra aisément. Nous nous apprivoisons ainsi au temps de repos. Au fil des jours, l'habitude rend le sommeil, la dernière activité de notre rituel, de plus en plus facile. Nous en avons déjà la preuve: notre habitude du recueillement quotidien ne rend-elle pas nos journées plus faciles? 

Je surmonte les difficultés facilement en me créant un rituel. Le rituel donne un cadre rassurant et calme à l'intérieur duquel il m'est facile d'évoluer, un cadre qui me donne confiance.

Suite

     « Celui qui aime l'étude est bien près de la science morale. »      
     CONFUCIUS     

Il n'est pas impossible que nous soyons un jour confronté à une difficulté d'apprentissage. Comme pour tout travail intellectuel, souvent, nos émotions nous envahissent et créent de la confusion. L'émotion peut être associée au contexte d'apprentissage: une relation difficile avec un professeur, un parent impatient. Elle peut aussi tenir à l'environnement: un manque de reconnaissance de la part d'un parent, etc. Imaginons, par exemple, qu'une personne nous ait frappé ou insulté après avoir regardé par-dessus notre épaule ce que nous faisions. Alors, le simple fait que quelqu'un se penche par-dessus notre épaule pour voir ce que nous faisons sera intolérable, ou nous plongera dans une peur de mal faire dont nous ne connaîtrons pas l'origine. Pendant que cette peur occupe toute la place, nous perdons le contact avec notre moi authentique, et nous manquons toutes les explications qu'on a pu essayer de nous donner. La solution est de faire de la place à cette émotion pour en trouver l'origine au fond de nous. Par l'acceptation, l'accueil, l'amour de soi, nous pouvons alors redevenir authentique et retrouver le pouvoir d'apprendre. 

J'aime l'étude, elle projette une lumière en moi. Je suis cette lumière et découvre ma douleur. Je me traite alors avec compréhension, amour et chaleur pour me faire éclore et grandir.

Suite

     « Si vous voulez recevoir une nouvelle lumière, une nouvelle grâce, soyez reconnaissant de ce que vous avez déjà. »      
     HENRI SUZOT     

Lorsque notre fils, notre fille bat des mains et saute de joie pour une simple balade en voiture, ou lorsque notre compagnon de vie s'extasie d'une petite surprise, nous sentons que ce que nous faisons est apprécié et nous nous promettons de recommencer à la première occasion. Ainsi va la vie pour les cours reconnaissants: ils attirent le bonheur à eux comme l'aimant, le fer. Lorsque nous sommes reconnaissant de notre bonheur à la vie elle-même, nous nous faisons le plus puissant ami qui soit. En nous accordant quelques minutes de recueillement pour recevoir en notre cœur les beautés qui nous baignent, les bontés qui nous arrivent, la vérité qui nous anime et nous guide, quand nous ne tenons pas tout pour acquis et que nous disons merci, c'est justement à la vie que nous rendons le plaisir qui nous est accordé. Notre capacité à apprécier les choses simples de la vie nous prépare à de nombreux cadeaux de plus en plus grandioses. 

Je prends quelques minutes dans ma journée pour remercier la vie de la beauté et du bonheur qui me sont offerts. Je me dispose ainsi à recevoir davantage.

Suite

     « Il en est des hommes comme de certains arbres, ils ne donnent leur baume précieux pour soigner les blessures du cœur de leurs pairs que lorsqu'ils ont eux-mêmes été marqués par le fer. »      
     CHATEAUBRIAND (CITÉ DE MÉMOIRE)     

Chaque minute de notre vie est une occasion de grandir. Chaque seconde qui passe nous rend meilleur et plus apte à affronter l'épreuve suivante, quelle qu'elle soit. Les moments difficiles nous font parfois croire que nous reculons. Pourtant, ce ne sont que des tempêtes automnales qui nous débarrassent de nos branches sèches et de nos feuilles brunies, pour laisser plus de place aux bourgeons des prochaines pousses. Les vents violents, loin de nous briser, permettent de révéler la pleine splendeur de l'arbre, sa pureté archétypale autant que son originalité. La foudre permettra de faire une clairière, un effondrement de terrain donnera aux racines l'espace pour croître. L'un développera un nouveau talent, en dessin peut-être, l'autre profitera des circonstances pour parachever la réalisation de son rêve de vie; mais enfin, chacun se rapprochera de sa vérité intérieure. 

J'accepte que la vie ne soit pas toujours facile. L'épreuve purifie et permet de grandir. Plutôt que de regretter ma condition, je l'accomplis en tenant compte de la situation, de ce dont j'aurai besoin pour la changer.

Suite

     « La plupart des échecs apparents ne sont que des versements sur la victoire finale. »      
     C. PONDER     

Nous ne pouvons exiger plus de nous que ce que nous sommes capable de faire. Nous faisons notre possible chaque jour, et si parfois les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes, si nos capacités limitent l'envergure de nos actions, nous devons parfois lâcher prise. Nous acceptons de le faire en étudiant ce qui nous paraît être les causes de notre insuccès. Nous découvrons que certaines sont immuables; par exemple: il n'y a que vingt-quatre heures dans une journée. Nous découvrons aussi que nous avons du pouvoir sur certaines autres; par exemple: nous pouvons faire des choix différents concernant notre emploi du temps. S'il n'est pas question de remonter le temps pour changer les résultats que nous avons eus, nous savons que d'autres occasions se présenteront toujours. Il est alors légitime que nous ayons confiance en notre capacité d'obtenir de meilleurs résultats, car nous avons une bonne compréhension de ce qui a pu être la cause de difficultés, et une bonne connaissance du pouvoir et des moyens qui sont à notre disposition, non seulement dans une situation similaire qui se présenterait, mais dans tous les domaines de notre vie. 

Je trouve facile de lâcher prise en moment opportun quand je continue de m'observer. La connaissance me redonne mon pouvoir personnel sur l'avenir, sur ma vie. Ma confiance est plus grande et ma force de vivre aussi.

Suite

     « Les pierres font partie du chemin. »      
     PROVERBE CHINOIS     

Quoi que nous fassions, quel que soit le succès que nous obtenions, notre plaisir dépend plus de l'importance que nous accordons à développer des relations authentiques avec les gens que nous rencontrons sur notre chemin, que du chemin sur lequel nous marchons. La grandeur et l'amour sont présents partout dans l'humanité. Chacun de ses dignes représentants placés sur la route est un cadeau dont notre vie nous permet de profiter. Et quand, chaque jour, nous portons attention à la qualité de nos relations, il est rare que nous voyagions longtemps avec des représentants moins dignes... L'apprentissage de notre propre dignité nous aide à choisir une route qui convient vraiment à notre vie. Cet apprentissage qui nous élève, nous le faisons en nous plongeant en nous-même pour mieux nous voir. Nous voyons ainsi nos qualités et la couleur fondamentale de notre vérité. Et si nous constatons que nous ne sommes pas parfait nous non plus, que nous ne sommes pas toujours à l'aise avec toutes nos émotions, nous en conservons cette teinte d'humilité qui est la marque du bon goût. 

Je fais attention aux relations que m'amènent mes activités, aux contretemps et aux joyeuses surprises. Je ressens la dignité des gens qui m'entourent comme autant de cadeaux de la vie. Cette dignité qui m'habite est une combinaison de connaissances vraies et d'humilité.

Suite

     « Ce n'est pas l'abondance mais l'excellence qui est richesse. »      
     J. JOUVERT     

Trop souvent nous croyons trouver notre bonheur et notre sécurité dans le grand nombre de nos avoirs. Nous consacrons des heures et des jours, parfois même des nuits à augmenter nos biens, à calculer nos revenus. Nous multiplions autour de nous les objets et même les personnes pour accroître le sentiment de notre valeur intrinsèque. Pourtant, la véritable richesse réside moins dans l'avoir que dans l'être; notre valeur réelle s'exprime bien davantage par ce que nous sommes que par ce que nous possédons. Notre capacité relationnelle avec nous-même d'abord puis avec les autres est le tissu, la trame de fond de l'excellence. La conscience de soi nous donne le sentiment d'avoir accès à un trésor inépuisable. Et, de surcroît, les occasions de bonheur tant matériel que spirituel se font plus nombreuses. 

Si j'élève mon degré d'aisance dans mes relations, je deviens immédiatement plus conscient des écueils véritables de ma vie. J'ai le sentiment de mon pouvoir personnel et l'estime de moi même brille à nouveau.

Suite

     « L'encre la plus pâle vaut mieux que la meilleure mémoire. »      
     PROVERBE CHINOIS     

C'est un plaisir simple que de recevoir des nouvelles d'une personne que nous aimons et que nous avons perdue de vue. C'est un plaisir égal à celui de donner des nouvelles. Nous pensons souvent à ces gens que nous connaissons, mais que les circonstances ne permettent pas que nous soyons en contact avec eux aussi souvent que nous le souhaiterions. Ces personnes aussi pensent à nous. Pourquoi ne pas envoyer une lettre? Une lettre arrive dans le silence, sans déranger. C'est faire cadeau d'un moment d'intimité, d’un moment que la personne choisira de partager avec nous. Un moment de recueillement que nous partageons. Une personne que l'on croise et qu'on prend le temps de reconnaître ou un coup de fil font parfois plus qu'un seul bonheur dans une journée. Qu'attendons-nous pour propager notre amour de vivre et de bonheur quand les fruits d'un seul de nos plus petits efforts sont éternels? 

Je trouve les coordonnées d'une personne que j'aime et je passe à l'action. Je lui donne un signe de vie. Je sème un peu d'amour en un endroit du monde et profite du plaisir de participer ainsi à la beauté de l'humanité.jJe

Suite

     « Le sage poursuit l'absence de douleur et non le plaisir. »      
     ARISTOTE     

Une relation est parfois difficile. Certaines personnes nous expriment les choses à leur manière et nous nous sentons jugé, rejeté, coupable, etc. Il est parfois difficile de trouver ce que nous devons faire en de telles circonstances. La première chose à savoir est que si nous sommes autant perturbé, il n'y a pas lieu de nous presser à réagir. Nous avons suffisamment de quoi nous occuper avec notre propre cas. Prendre conscience de notre émotion, et de sa nature. Idéalement, trouver à quoi elle tient. Accepter que nous soyons vulnérable. Déterminer notre responsabilité réelle. Ensuite seulement, décider de notre action et, si les circonstances le veulent ainsi, exprimer notre vécu à l'autre. Enfin, nous passons à l'action. Il ne faut pas se croire invulnérable. Si le malaise persiste, notre responsabilité peut être de mettre fin à la relation, du moins pour un moment. Il ne sert jamais à rien de nous laisser infliger des dommages. 

Lorsque je vis un malaise, je m'occupe de moi d'abord. Je prends conscience et accepte. Je détermine mes responsabilités et les assume en passant à l'action. Là réside la véritable voie de la liberté.

Suite
Page 1 sur 4 PremièrePrécédente [1]