1 jour à la fois
Archive by month: 2020-11Return

     « Dans la prospérité, les gens n'attendent pas assez de Dieu, dans l'adversité, ils en attendent trop. »      
     AUTEUR INCONNU     

Nous sommes nombreux à nous recueillir en un moment de paix et de calme pour recevoir la beauté quotidienne de la vie. Nous sommes privilégié. Beaucoup de gens sont pris dans les tourments de la peur et n'ont pas la même chance que nous. Si nous savons trouver le bonheur, si même la vie est devenue pour nous un paradis, cela n'empêche pas qu'il y ait des injustices qui entraînent des inégalités, des guerres, des enfants souffrant de la faim... Nous n'y pouvons peut-être pas grand-chose. Mais en accueillant ce jour et la beauté qui l'accompagne, gardons à l'esprit que chaque injustice que nous empêchons, c'est autant de vigueur donnée à la force de la justice. Chaque fois que nous réussissons à mener au-delà du conflit une de nos relations, c'est une guerre évitée à l'avenir commun. Tout sourire que nous offrons à un étranger est autant d'espoir donné pour soulager les maux de la terre. Nous sommes nombreux à nous recueillir en un moment de paix et de calme pour recevoir la beauté quotidienne de la vie; c'est autant d'amour semé dans l'humanité, autant d'amour qui finira bien par porter ses fruits. 

Je participe pleinement au vaste plan de vie. Dans chacun de mes petits gestes, j'ai conscience de contribuer à l'accroissement de la force universelle de l'amour, de la paix et du bonheur sur terre.

Suite

     « Au milieu de l'hiver, j'ai découvert en moi un invincible été. »      
     ALBERT CAMUS     

Il peut arriver que nous soyons envahi par un sentiment vertigineux de détresse. Notre vie ne se déroule pas comme prévu, nos chances de succès professionnel sont minces, nous nous sentons seul, sans véritables amis et loin de notre famille. Tel l'alpiniste qui glisse sans pouvoir se retenir, un vide intense nous habite et nous ne parvenons pas à nous raccrocher car tous les aspects de notre vie semblent se défiler. Notre vie nous échappe. Nous trouvons alors le courage d'écouter nos peurs, d'exprimer nos espoirs déçus, de remettre en question notre vision de l'amitié; finalement, de faire le bilan de notre vie. Ce faisant, nous constatons nos difficultés, nos limites. Cette honnêteté ouvre la porte à un véritable amour propre et pave la voie de notre épanouissement. Parmi nos faiblesses, nous découvrons alors des forces. Nos espoirs déçus nous montrent le chemin de nos rêves non encore réalisés. Notre solitude se transforme en paix sereine. Enfin, parmi les débris, nous retrouvons des pitons intacts. Nous possédons tous les outils pour grimper aussi haut que notre rêve nous le commande; il n'y a qu'à l'accepter comme guide et à le suivre. 

Je possède tout ce qu'il me faut pour combler et transformer une situation de vide intérieur. Je m'écoute et découvre en moi la beauté qui m'habite.

Suite

     « Le courage d'un cœur inébranlable est au-dessus de la bravoure qui naît de l'impétuosité du sang. »      
     MENCIUS     

Dans certaines situations, nous devons faire un choix. Devons-nous continuer d'apporter notre concours à une situation, respecter un engagement jusqu'à la fin ou consacrer notre temps et nos énergies à des projets qui ne nous tiennent plus à cœur? Il peut arriver que nous ayons l'impression que s'il fallait choisir, nous laisserions tomber des gens qui comptent sur nous, et nous serions lâche. En vérité, choisir, c'est faire preuve de courage, ne pas être lâche face à soi, ne pas s'abandonner. Si notre participation entraîne des conséquences négatives dans notre vie, il est tout à fait légitime que nous remettions en question une ancienne décision. Et si le reste des avantages et des inconvénients nous dicte de nous retirer, nous devons nous reconnaître le plus grand courage qui soit, celui de pouvoir le faire avec dignité. 

Je pèse l'importance des avantages et des inconvénients au moment de prendre ma décision. Les inconvénients dans ma vie ne sont pas moins importants que ceux des autres. J'ai le véritable courage qui consiste à les accepter.

Suite

     « Un ami, c'est quelqu'un sur qui on peut toujours compter, pour compter sur nous. »      
     F. PERRIER     

Lorsque nous traversons une épreuve, nous pouvons parfois nous sentir écrasé par l'ampleur de la tâche à accomplir. Nous assumons la situation, nous avons diagnostiqué le problème, peut-être même que nous avançons vers la solution, bref, nous faisons de notre mieux. Néanmoins, nous nous décourageons de ne jamais parvenir à la fin. Dans ces circonstances, nous découvrons nos véritables amis. En parlant de notre problème et de sa solution, nous trouverons des gens pour nous décourager. Ceux-là ne sont pas nos véritables amis. D'autres voudraient nous venir en aide, mais ils ne le peuvent pas. Ce sont peut-être de très bons amis. Dans notre réseau de connaissances, certaines personnes choisiront de devenir quelqu'un dans notre vie. Celles-là, nous ne les oublierons pas. Elles sont authentiques. 

Lorsque je traverse une épreuve, je cherche de l'aide parmi mes amis. C'est l'occasion idéale pour reconnaître ceux qui sont authentiques. Ainsi, à partir d'une difficulté à un problème, je fais une solution à deux aspects de ma vie.

Suite

     « La seule chose qui ne change pas, c'est le changement. »      
     PROVERBE     

Nous poursuivons le bonheur. Nous cherchons à nous créer un environnement stable, une maisonnette, un emploi; moins de bouleversements et de changements il y a, mieux nous croyons nous porter. Et quand nous croyons tenir le bonheur, sans avertir il semble nous fuir. La vie est mouvement. La vie est en perpétuelle évolution. Rien ne reste sur place, tout bouge, les galaxies, les planètes, l'univers. La seule chose qui puisse parvenir à l'équilibre, c'est notre vérité, notre paix intérieure. Et encore, elle ne vient pas parce que nous sommes oppressé, mais parce que nous savons rouler avec nos émotions, nos peurs, nos emportements. Nous savons les accepter et les transformer en énergie, en lumière qui se diffuse et qui crée l'immensité de l'éternité. Et dans cette éternité, dans ce rayon de lumière, nous trouvons l'amour et l'acceptation de ce que nous sommes. C'est la magie de l'universel. 

Je ne cherche pas à tout immobiliser, le bonheur répond au principe de la vie en constante évolution. J'accepte les émotions et les bouleversements, ils sont la dynamique qui m'apporte l'énergie et me régénère.

Suite

     « Le conte fait passer le précepte avec lui. »      
     JEAN DE LAFONTAINE     

Les contes pour enfants et les contes populaires renferment souvent des perles de sagesse qui ne se révèlent à nous que lorsque nous savons les lire. Derrière les images se cachent des symboles. Il en est ainsi, par exemple, de la Légende du chevalier masqué. Emprisonné dans le donjon, la rumeur voulait que le chevalier masqué ne soit nul autre que l'héritier légitime du royaume, qu'on avait injustement écarté. Le masque était sa prison, ce qui l'empêchait d'accéder au royaume. Au fond, le masque, c'est toujours notre prison de peur et d'orgueil qui nous écarte de la vérité et nous éloigne du bonheur. Le défi de notre vie tout entière est de faire rayonner notre beauté intérieure à tel point qu'elle transparaisse au travers de notre corps. Notre plus grand défi est d'apprendre à retirer notre masque pour affronter la lumière du soleil. À cette condition, nous retrouvons notre royaume. 

Je retrouve mon royaume à mesure que j'apprends à découvrir mes masques et à les enlever. Je suis l'héritier légitime de ce royaume et personne ne pourra le gouverner à ma place pour plus de richesse, d'opulence et de bonheur. Il m'attend, mais je n'ai pas l'intention de le décevoir. Je laisse dès maintenant rayonner ma beauté.

Suite

     « Quand tu veux danser, vois à qui tu donnes la main. »      
     PROVERBE ALLEMAND     

Un des avantages non négligeables du travail en équipe est que nous sommes motivé à continuer notre tâche parce que d'autres travaillent dans le même sens que nous. Ou encore, de savoir que quelqu'un travaille en même temps que nous et qu'il s'arrêtera que si nous nous arrêtons nous même. Cela peut être une forme de support. Dans les bi bliothèques, même si nous ne travaillons pas en équipe, le seul fait de travailler dans un endroit où d'autres travaillent à leurs propres tâches est encourageant. C'est ainsi que les bibliothèques ne sont pas que des comptoirs de livres, mais aussi des lieux sociaux où il est facile de se mettre dans l'ambiance du travail, comme de s'y maintenir. Dans ces lieux, hormis les gens qui consultent des documents particuliers, tous, solidairement, participent à un effort de motivation personnelle. Nous n'avons qu'à être sur place pour être aspiré par la vague. 

Je sais découvrir les courants bienfaisants dans mon environnement. Je me laisse emporter par les vagues positives et j'évite celles qui ne pourraient que m'éloigner de ma voie.

Suite

     « La tristesse de notre enfance peut nous poursuivre toute notre vie si nous ne pouvons pas la reconnaître. »      
     L. CAPACCHIONE     

Ressentiment et apitoiement? Deux pôles, deux pièges dans lesquels plusieurs s'enlisent pour fuir la vérité, la responsabilité de la blessure de l'enfant que nous avons été. Quelques uns, avec une grande force de caractère et d'énergiques justifications, ligotent la tristesse comme ils le feraient d'une mauvaise sorcière, la cachant, l'enfermant dans une geôle, n'en parlant jamais, allant même jusqu'à s'en moquer ou nier son existence. À leurs yeux, un adulte ne s'apitoie plus sur des histoires d'enfant. Mais à les regarder, on se dit qu'un tel adulte, refusant la responsabilité, se met en colère pour des enfantillages. D'autres, à l'opposé, subissent le joug de la mauvaise sorcière; elle les embête continuellement, hante leurs nuits, démolit leurs rêves. Ils se disent que si rien ne fonctionne dans leur vie, c'est à cause d'elle ! Toutes leurs chances de succès sont mises en échec par une enfance malheureuse. Nous, nous choisissons plutôt de dialoguer avec la sorcière. Au fond, c'est une enfant terrorisée. Elle n'a besoin que d'amour et de sécurité. Et cet amour, nous sommes assez adulte, assez responsable pour le lui donner. Nous développons ainsi la relation pour nous rendre compte qu'il y a parfois de bonnes sorcières. On les appelle des fées. Et nous sommes bien heureux de pouvoir profiter des services que la nôtre peut nous rendre à l’occasion. 

Aujourd'hui, je m'arrête. Je prends le temps de considérer le mal en moi pour ce qu'il est vraiment, un besoin d'amour que je dois et que je peux combler.

Suite

     « La montagne n'a pas besoin de la montagne, mais l'homme a besoin de l'homme. »      
     PROVERBE BASQUE     

Nous regardons notre rêve intérieur, et nous nous disons qu'il est trop tard pour le réaliser. Nous considérons une relation brisée il y a longtemps en pensant que nous n'aurions pas dû, que maintenant il est trop tard. Mais vraiment, peut-il jamais être trop tard pour renouer contact? Peut-il jamais être trop tard pour être heureux? Peut-il jamais être trop tard pour trouver une solution qui nous permette de combler nos besoins, lorsque nous les avons bien cernés? Il n'est jamais trop tard pour le bonheur. Il est même plutôt toujours urgent: rien n'est plus urgent que d'aimer, d'être heureux et en harmonie, rien n'est plus important que de partager son rêve avec l'univers. Ce rêve est essentiel, unique, il est notre participation au plan universel. 

Je m'accorde la chance d'être heureux. Telle est la seule véritable urgence. Par mon apport d'amour, de vérité profonde, je collabore à l'augmentation de l'espoir, et à la croissance de ce qu'il y a de beau dans le monde.

Suite

     « Les chants les plus nouveaux sont les plus captivants. »      
     HOMÈRE     

Lorsque survient une difficulté, parfois nous nous impatientons. Comme si nous étions rébarbatif au changement. On raconte que l'homme primitif, l'homme des cavernes, avait peur de l'inconnu. Mais nous voyons, dans le plus ancien texte de la littérature occidentale, l'Odyssée, Ulysse s'enchaîner au mât de son navire pour pouvoir entendre le chant des sirènes. L'attrait de la nouveauté était tel qu'il devait être ainsi retenu. Même sans le connaître, on savait que le chant nouveau captiverait à tel point qu'il serait impossible à qui l'aurait entendu de revenir en arrière. Ainsi en est-il des difficultés passagères de notre vie. Derrière chacune d'elles se trouve une surprise, une nouveauté qu'il nous faut seulement apprendre à découvrir pour l'aimer, et nous libérer des regrets. 

Je suis ouvert au changement, aux surprises de la nouveauté, au plaisir à découvrir derrière les situations qui m’apparaissent, au premier abord, peu souhaitables. Je trouve ainsi un plus grand plaisir au principe de la vie en perpétuelle évolution.

Suite
Page 1 sur 3 PremièrePrécédente [1]